J'ai fait le grand saut!

Dernière mise à jour : 28 déc. 2020

Et si l’on s’écoutait ! Aujourd'hui j'avais envie de partager mon expérience sur les atouts de la motivation et les conséquences de l'amotivation.

.

J'ai travaillé pendant 25 ans dans un CFA: j'ai adoré les 15 premières années en tant que formatrice ! La question que vous vous posez peut-être est : " qu'a-t-elle adoré?" la réponse est simple. J'ai adoré aider, aider le jeune dont le projet était clair et à qui il fallait un diplôme, aider celui qui ne savait pas trop pourquoi il était là mais qui à force d'échanges a construit son projet. Je n'avais pas l'impression de travailler, j'y ai donné tout mon temps sans compter , leurs succès venaient nourrir mon autodétermination.

Puis, je me suis dit, afin d'améliorer leur environnement d'apprentissage, je pourrais accéder à des postes à responsabilités. C'est ce que j'ai fait, tout d'abord CVSP ( équivalent CPE à l'Education Nationale) puis responsable de filière ( équivalent Chef d'Etablissement) mon quotidien a alors changé. Il a changé car il y a une donnée que je n'avais pas prise en compte: je dépendais dans mes actions de la stratégie de l'entreprise. Je n'étais donc plus la seule décisionnaire. Lorsque j'étais formatrice j'avais un cadre certes, celui des référentiels de l'E.N, mais ma pédagogie ne dépendait que de moi.

Il y avait donc des choses qui ne faisaient plus sens pour moi, j'avais perdu le contact du terrain, perdu ma motivation. Ce qui devait arriver et arrivé: Burn out.




La période fut noire, je ne voyais pas trop d'issue. j'essayais de me convaincre que je pouvais reprendre mon poste et faire comme si ... mais c'était au dessus de mes forces.






C'est là qu'une véritable introspection a commencé: quels étaient mes objectifs? quelles étaient mes véritables aspirations en dehors de ce besoin de gravir l'échelle sociale? que voulais-je vraiment? quelles étaient mes croyances limitantes? que savais-je faire et où voulais-je aller?

Certaines phrases d'apprentis raisonnaient dans ma tête : " vous devriez créer votre entreprise" " pourquoi vous ne vous lancez pas !" ...


Et puis l'éclaircie!


Je me suis lancée dans une formation de coach et sans prétention je me suis aperçue que j'avais mis en pratique des choses sans le savoir. La sensation que j'ai ressentie est presque indescriptible : j'ai su que c'était cela que je voulais faire, c'était une évidence!


J'ai 50 ans et après 25 ans de bons et loyaux services j'ai donc quitté le CFA pour lequel je travaillais pour faire ce qui m'anime depuis le début : aider les jeunes à devenir ce qu'ils sont réellement, prendre conscience de leur potentiel, définir des objectifs qui leur sont propres. Les aider à faire fi de ce que pensent les autres, faire émerger leurs motivations propres plutôt que de coller aux motivations des autres. Cela n'implique pas de se rebeller, cela suppose de créer son projet personnel ou professionnel et de mettre en place les actions qui s'imposent. Cela suppose de gagner en autonomie, en responsabilité.


A nous parents,

Nos enfants sont tous capables, ils suffit de les écouter. Il faut les aider à faire émerger leurs motivations intrinsèques même si cela implique que ça ne corresponde pas à nos aspirations. Ils ne sont pas nous et nous ne sommes pas eux or qui n'a jamais dit : "Je pense que tu devrais... ". pourquoi ne pas essayer "Toi, que veux tu mettre en place?".


Essayons de leur apprendre à mettre en œuvre une citation de N. Mandela :


"Cela semble toujours impossible, jusqu'à ce qu'on le fasse"


Quelque soit l'âge, il peut arriver que nous traversions une zone de turbulence, un moment où notre motivation n'est plus là.





Petit conseil du coach: Lorsque vous devez faire une action qui ne vous correspond pas, pour laquelle vous ne vous sentez pas en alignement avec ce que vous êtes vraiment: Comment vous sentez-vous? Etes -vous réellement motivé(e) ou est-ce-que vous procrastinez? N'hésitez pas à me faire par de votre vision.




68 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout